L'ÎLE AUX BASQUES
L'île aux Basques est un joyau du patrimoine naturel du Québec. C’est un refuge d’oiseaux migrateurs que bien des ornithologues amateurs souhaitent visiter. Précieusement conservée par la Société Provancher, cette île est accessible au public, mais selon des modalités qui permettent à la faune de s’y reproduire et d’y vivre en toute tranquillité.

LOCALISATION
COMMENT S’Y RENDRE?
ACTIVITÉS
MILIEU BIOPHYSIQUE
HISTORIQUE

LOCALISATION

L'île aux Basques est située sur la rive sud du Saint-Laurent en face de la ville de Trois-Pistoles, à quelque deux cent cinquante kilomètres à l'est de Québec : (48° 09' 00'' N 69° 15' 00'' O). Elle fait partie de la MRC Les Basques et Rivière-du-Loup.

COMMENT S'Y RENDRE?

En empruntant la route 132 jusqu'au quai de Trois-Pistoles. Comme l'accès à l'île est strictement contrôlé, vous ne pourrez la visiter qu'en réservant auprès du gardien de l'île monsieur Jean- Pierre Rioux (418- 851-1202). Une courte traversée de quatre kilomètres en bateau vous conduira à la découverte d'un des plus beaux joyaux du fleuve Saint-Laurent. Notez qu’il est interdit de s’y rendre avec sa propre embarcation.

ACTIVITÉS

Ce joyau de la nature est avant tout voué à la conservation, tant pour les éléments naturels que les éléments historiques qu'elle abrite. Dans son souci d'éducation des jeunes et du public à l'histoire et aux phénomènes envoûtants de la nature, la Société Provancher rend l'île accessible à la population pendant la saison estivale. On peut y séjourner le temps d'une marée, lors de visites guidées, ou louer un chalet pour quelques jours.

MILIEU BIOPHYSIQUE

L’île aux Basques mesure 2 km de longueur par 0,5 km de largeur et une altitude maximale d’environ 30 m. Les affleurements rocheux forment une ceinture autour de l’île. La végétation arborescente, constituée principalement de sapin baumier, couvre près des trois quarts de l’île et des prairies naturelles occupent les pointes est et ouest de l’île. Quelques petites anses occupent la partie sud-est de l’île.

L’île est réputée pour ses populations d’oiseaux migrateurs qui attirent chaque année de nombreux ornithologues. L’eider à duvet et le grand héron, deux espèces nicheuses, font la joie des observateurs. Une diversité de 229 espèces d’oiseaux y a été recensée. Les phoques gris et communs sont observés régulièrement durant la saison estivale. Une végétation riche, caractéristique de la forêt boréale et des rivages maritimes, est propice à de belles observations.

Pour une description plus détaillée du milieu biophysique, cliquez sur le lien Milieu biophysique détaillé

HISTORIQUE

L'île doit son nom aux hardis pêcheurs basques qui venaient chasser le phoque, le marsouin et la baleine dans l'estuaire du Saint-Laurent et y faire la traite avec les Amérindiens. Entre les années 1580 et 1630, ils aménagèrent plusieurs fourneaux sur l'île pour faire fondre la graisse des mammifères marins dont les Européens se servaient à l'époque pour s'éclairer.
Au cours des années 1990, cinq séries de fouilles archéologiques ont été entreprises avec la mise en chantier de plusieurs sites dont ceux de l'anse à la Baleine à l'est de l'île et celui, à l'ouest, du Pré de la Vielle Maison. Ces travaux ont conduit à la mise à jour d'un four avec dallage, à la découverte de l'emplacement d'une fonderie et au dégagement de poteries en terre cuite dont un vase de tradition iroquoïenne, ce qui confirme la présence des Amérindiens bien avant celle des Basques. Trois fours sont encore visibles sur l'île et ont été mis en valeur pour le bénéfice des visiteurs.
L’île a acquis le statut de refuge d’oiseaux migrateurs le 6 avril 1927. Elle a été acquise par la Société Provancher en 1929. Le 5 juillet 2001, elle a reçu le statut de Lieu historique national et le 31 août 2005, celui de Réserve naturelle.

 
Tous droits révervés 2011 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada. - Notes légales

Une réalisation de iClic
Créateur de succès internet